Coupe de France de la Fédération de Kyudo et Grand Rassemblement (taikaï)

Coupe de France de la Fédération de Kyudo et Grand Rassemblement (taikaï)

PENSEE – PAROLE – ACTION

 Ces trois mots résument notre engagement dans l’organisation de la coupe 2012 de la Fédération de Kyudo Traditionnel, compétition suivie du Taikaï (grand rassemblement) supervisé par les shogos de la fédération.

Pour ce qui nous concerne avant de répondre “ présents ” il nous fallait dans un premier temps réfléchir rapidement sur la possibilité d’entreprendre la réalisation d’une telle action, d’une dimension certaine, inconnue pour nous jusqu’alors. Ensuite trouver l’équipement susceptible d’accueillir cet important événement dans la vie de la Fédération et enfin savoir rapidement si nous pourrions en disposer aux dates de son déroulement. Bien entendu nos esprits, plus que nos regards se sont tournés vers le Phare (et Dieu sait si les phares captent les regards) gymnase moderne et œuvre d’art dominant BELFORT du haut de l’ancienne caserne du Fort HATRY.

Confirmation de sa disponibilité nous était donnée par le service programmation du service des sports de la  municipalité pour l’accès à ce temple franc comtois du Sport durant ce long week-end de Pâques. Nous pouvions donc offrir à la Fédération la possibilité d’organiser cette coupe 2012 dans la cité du Lion dans le cadre d’un partenariat avec la ville de BELFORT qu’il nous fallait proposer.

Dans le cas présent l’action immédiate devait suivre la parole née de la pensée. Seul le temps de la réflexion nous était accordé mais il était aussi compté avec une date d’échéance relativement proche pour un événement de cette taille! La parole, souvent, nous engage vers l’action même si nous ne pouvons parfois pas en mesurer réellement les conséquences ! Mais vivre c’est aussi prendre des risques !

Comité d’organisation réduit  à deux personnes afin de faciliter la communication et la réalisation des tâches. Rencontres de travail, avec la Présidente de l’association GAKKÔ DENTÔ, madame Madeleine MANN, de madame l’adjointe aux sports de la ville de BELFORT pour, dans un premier temps, exposer le projet et, dans un second temps, faire l’état des besoins matériels nécessaires à ces journées avec en conclusion la signature de la convention quelques jours avant l’événement. Communications fréquentes entre BELFORT et BESANÇON sièges des deux composantes de l’AIRBJ pour le kyudo ; ainsi qu’avec Thierry GUILLEMAIN d’ECHON le responsable des stages à la FKT. Cela n’est pas sans rappeler le schéma idéal de la communication. Grâce à Thierry le dossier de presse fédéral trouvera son chemin et le résultat attendu sera remarquable (première page dans l’Est Républicain – nombreux articles dans la presse régionale – Présence de FR3 qui consacrera 2 minutes de reportage-)

Dans une interview à la presse locale, la Présidente de la Fédération, Laurence ORIOU, ne manquera pas de faire remarquer que la FKT a décidé l’organisation de la coupe de France à BELFORT pour souligner les efforts et le travail de qualité du club belfortain et de l’AIRBJ ajoutant que le  Lion est un symbole fort pour les japonais. Il est vrai que faire partager ce que nous aimons nous donne de la force morale. Il y a bien longtemps que nous faisons passer le message et nous finirons bien pas être entendus en ce qui concerne le bienfait des pratiques martiales! Comme l’on dit de manière triviale :“ Qui n’avance pas recule”.

Remerciements

Que la municipalité belfortaine et plus particulièrement l’adjointe aux Sports de BELFORT, madame Jacqueline GUIOT, trouvent dans ces quelques mots l’expression notre profonde reconnaissance et nos remerciements pour la confiance accordée à notre association avec la signature de ce partenariat. Nous associons, bien entendu, à ces remerciements le Service des Sports de la ville ainsi que les autres services municipaux qui d’une manière ou d’une autre ont été mis à contribution.

Merci à monsieur Hiroshi KARUBE consul général du JAPON à STRASBOURG qui s’est rendu à notre invitation pour assister à la finale de cette coupe malgré un emploi du temps très chargé.

Un énorme merci à Jacqueline et Jacques BOILLOT pour leur accueil de Michel MARTIN  durant ces trois journées et 4 nuits. Un exemple de solidarité associative à suivre.

Merci à nos amis de KICHIGAÏ TAÏKO venus après la compétition nous délassé avec un super “ misogi  ”  qui a fait vibrer nos cœurs, nos âmes et l’ensemble de l’édifice,….. fort heureusement tout neuf. Leur prestation fut acclamée par des applaudissements et ceux de fin se firent si pressants que le trio dû revenir pour un morceau supplémentaire ! Bravo à vous.

Merci aux bénévoles des différentes sections de l’association (les dix sections ont été représentées !) GAKKÔ DENTÔ qui sont venus épauler la section kyudo pendant la mise en place, et le démontage des installations.

Merci aux bénévoles qui sont venues durant ces trois journées offrir leurs services pour animer le coin détente en servant thé, café et autres boissons non alcoolisées avec gâteaux secs et en mettant en ordre la salle de réunion après le passage de 12h et le coin détente chaque soir et le lundi après midi !

Remerciements à Chantal et Lionel OUDART (AIRBJ) qui ont su aiguillonner les instances fédérales pour les prises de décisions et à Thierry GUILLEMAIN d’ECHON qui a apporté des réponses à nos questions souvent teintées d’ignorance et d’impatience !

Merci à tous les pratiquants de la FKT grands et petits dans le grade et le titre qui nous on fait l’amitié de leur présence pour ces trois journées dédiées au Kyudo et qui ont pour certains d’entre eux mis la main à la pâte lors de la mise en place du vendredi soir et du samedi matin ainsi que lors du démontage du lundi !

Merci à la presse locale, l’Est Républicain et le Pays qui nous a consacré des articles tout au long de cette grande manifestation.

Merci à FR3 venu tout exprès de BESANÇON dans la lointaine contrée du Territoire de BELFORT. Les Arts Martiaux et les Budo n’avaient pas eu de si grand honneur depuis longtemps. Les bénévoles que nous sommes et qui nous démenons pour faire connaître nos arts ont apprécié ce geste! Bis répétita placent !

Sans notre volonté à tous et notre abnégation rien n’aurait été possible.

 

Vendredi 6 avril  au soir

Dépôt des matériels proprement kyudo (azuchi, azuchi maku, yumitate, yataté, makiwara, etc..).

Samedi 7 avril

Matin montage des divers éléments de l’azuchi puis à partir de celui-ci mise en place du shajo bien mis en valeur par les claustras et les plantes vertes. Tout cela sous la direction d’Erick MOISY sensei (Kyoshi G) responsable des tournois à la Fédération qui orienta la disposition du shajo de manière à obtenir le maximum de sécurité. Il eut raison car durant le tournoi quelques flèches s’égarèrent vers les hauteurs du maku (j’ai les noms !) Quelle belle image symbolique du kyudo que ce Lion imprimé sur le rideau surplombant l’azuchi! Le shajo était vraiment accueillant et plein d’énergie !

En fin de matinée tout était en place y compris les tables où étaient disposées les dépliants fédéraux de la FKT et les éléments touristiques gracieusement mis à notre disposition par l’Office du Tourisme de BELFORT. De même l’association Photographes pour le JAPON avait disposé son stand afin de recueillir quelques fonds par la vente d’albums photographiques. Pouvait- on oublier à l’occasion de la coupe de France 2012 de KYUDO  les orphelins du dernier tremblement de terre au YAMATO? Enfin un stand de matériel spécifiquement kyudo était présent et a manifestement rendu service à nombre de pratiquants.

Déjeuner léger préparé par Marie Madeleine ? Madeleine et Chantal pris au Phare puis vers 13h nous préparons nos arcs et revêtons nos keikogis.

 

La Coupe

Nous prenons connaissance de la composition des équipes mais surtout de leur ordre de passage. Le directeur du tournoi Senseï Erick MOISY nous informe que nous aurons à tour de rôle, et c’est bien normal, à effectuer quelques tâches comme le yatori (ramassage des flèches) le juge de table mais aussi le juge de cible. Il faut en effet que tout le monde puisse participer !

Reï (salut), puis petit laïus de la Présidente fédérale Laurence ORIOU qui nous souhaite la bienvenue et aussi bonne chance. Elle récupère auprès de Marc BERTIN, le vainqueur 2011, la Coupe qui trônera sur le podium jusqu’à la fin du tournoi.

Le Yawatashi d’ouverture est effectué par Erick MOISY Senseï assisté de Dominique GUILLEMAIN d’ECHON (dai ichi kaizoé) et Michel DUPONT (dai ni kaizoé).

Nous savons qu’il nous faudra donner le meilleur de nous même (à notre niveau !) pour espérer une place honorable car les champions du Monde 2010 sont présents (Michel DUPONT -Renshi F – MAM-SK), Patricia STALDER (E – AKTBA) et Marc BERTIN (E -AKE) qui ont obtenus la 1ère place par équipe lors de ces premiers championnat du monde à TOKYO. Ne manque que Senseï Claude LUZET (Kyoshi G- AKVM) qui a obtenu lors de ce premier championnat du monde la seconde place en individuel. Il n’a pu être présent en raison de problèmes de santé. Dommage car il était aussi régional de l’étape comme natif de Franche Comté. Nous lui souhaitons un prompt et complet rétablissement.

Les équipes se succèdent sur le shajo suivies par les individuels. A 18h tout est joué et il faut bien le reconnaître les résultats ne sont guère une surprise. Je ne citerai que les premiers.

Individuel

1er : Marc BERTIN de l’AKE qui récupère la Coupe qu’il avait déposée entre les mains de la Président quelques heures avant. Champion du monde par équipe 2010

Equipe :

MAM-SK : DUPONT Michel  – champion du monde par équipe en 2010

LADRON DE GUEVARA Nicolas

                OLIVEREAU Pascal

 

La Présidente remet la coupe à Marc (champion 2011 !) sous les applaudissements des participants peu surpris. Samedi matin me trouvant à la gare TGV de BELFORT/MONTBELIARD à MOVAL, pour venir chercher Senseï Charles Louis ORIOU, j’avais aperçu Marc qui se dirigeait vers l’arrêt du bus effectuant la navette sur BELFORT. Je lui avais proposé de voyager avec nous ce qu’il avait accepté Réflexion faite j’aurais du le mettre dans le bus pour MONTBELIARD (je plaisante et je l’ai même dit à Marc et cela l’a fait rire). A 18h 30 la tension du tournoi est retombée et c’est le moment choisi par KICHIGAÏ TAÏKO pour faire son entrée. Le PHARE subit son misogi et sera ainsi prêt pour le taikaï des deux jours qui suivront. Tous apprécient la performance physique et surtout musicale du groupe y compris le consul général du JAPON qui félicitera l’équipe. Nos amis devront revenir pour un autre morceau sous la pression des applaudissements des kyudojins! Les vibrations ont dévissé les branches de mes lunettes qui tombent sur mes genoux (je plaisante bien sûr !).

Ensuite place à la convivialité avec le verre de l’amitié offert par la municipalité belfortaine en présence de madame Jacqueline GUIOT adjointe aux Sports de la Ville et monsieur le Consul Général du JAPON. Vers 19h nous quittons le PHARE avec un peu de fatigue pour chacun d’entre nous.

 

 

Dimanche et lundi 8 et 9 avril

Le Grand Rassemblement (Taikaï)

La présidente Laurence ORIOU nous accueille pour ce grand rassemblement auquel se sont joints des invités venus de la proche HELVETIE. Elle me demande de venir dire quelques mots. Inutile de faire un long discours aux participants venus pour faire du kyudo et pas pour entendre disserter sur des généralités. Aussi je leur donne en cadeau de bienvenue la demande que nous formulons à chaque cours de kobudo, lors du salut, et qui ne me semblait pas du tout déplacer pour cet évènement.

Rassemblons-nous – Unissons nos pensées – Echangeons nos idées – Soyons heureux ensemble – Tous nous sommes égaux – Travaillons ensemble – Progressons ensemble – Ne combattons pas – -Soyons toujours unis – Paix et Amour pour tous – Respecter le ciel – Kyudo et arts martiaux sont semblables. Les pratiquants de kobudo n’auront pas manqué de remarquer le léger changement dans la dernière phrase. Il faut s’adapter neh !

Je passe sur tout ce qui touche à la pratique, aux informations données, aux corrections collectives et personnelles apportées par les Senseï durant ces deux jours.

Il est dit dans le kyudo que tirer avec la technique améliore le tir mais que tirer avec le cœur améliore l’homme. Donner aussi avec le cœur “améliore” celui qui donne et celui qui reçoit. Je puis dire que les Senseï s’en sont donné à “ cœur joie ” ! Makotoni-Arigatô gozaïmas’ Senseï !

Je me garderai bien de donner des informations techniques car je ne suis qu’un petit scarabée dans le kyudo! En effet si ces informations ont été souvent collectives elles ont été aussi personnalisées et sont doc inutilisables par un tiers.  Sachez toutefois chers absents qu’elles ont été nombreuses et des plus intéressantes!

 

 

Le coin du philosophe de plein air

Pour certains professeurs de philosophie leur matière est un récital de mots choisis et de références livresques mis dans un ordre précis afin qu’ils soient compréhensibles pour l’élève (ou pour le lecteur). A ces professeurs de cours magistraux je préfère les hommes de plein air qui tirent leur philosophie de l’expérience vécue.

Comme le dit si bien le dicton japonais : “ plus solide que la carapace de la tortue : l’expérience”. Le souvenir ‘cuisant’ du contact de la tsuru (corde) sur une joue ou un avant bras lors d’un mauvais hanaré (décoché) est une bien meilleure leçon   qu’une longue explication développée dans un texte ou par un instructeur! Notez que je n’ai rien contre les professeurs de philosophie et les philosophes parmi lesquels j’ai un préféré : Emile CHARTIER dit ALAIN.

Objets inanimés avez-vous donc une âme s’interrogeait le poète Alphonse de LAMARTINE dans son poème : MILLY ou la terre natale. Souvenez vous des derniers vers : Objets inanimés avez-vous donc une âme – Qui s’attache à notre âme et la force d’aimer ?

L’arc japonais à une forme si élégante qui touche immédiatement le cœur  de celui qui pose les yeux dessus. Il possède sans nul doute une partie de l’âme de l’artisan qui l’a crée. Toutefois sans l’homme qui lui donnera le souffle de la vie à travers la pratique du tir il demeure un objet inanimé tel que le décrit LAMARTINE. Son rôle se réduira alors à celui d’objet d’ornement pour le seul plaisir égoïste de celui ou ce ceux qui auront à le contempler ! Il ne fait aucun doute que quelques yumi connaissent pareille destinée.

Le kyudo possède donc les pouvoirs de rassembler l’homme et l’objet pour les faire vivre ensemble. Le premier subira un réel changement de sa personnalité en faisant travailler le second. Ce changement se produira grâce à la relation privilégiée que le pratiquant établira avec son arc. Les flèches, quant à elles, ne sont que les messagères du vent. Elles ne font que nous retrouver et nous quitter. L’arc est d’une fidélité absolu! Nul ne peut, sans l’autorisation expresse de son propriétaire, se servir de l’arc d’un autre kyudojin. Les kobugeishas de kobudo savent de quoi je parle ! On peut mesurer la qualité énergétique d’un pratiquant à l’énergie résiduelle contenue dans son bokken! Jusqu’où l’âme de notre arc nous force t elle à l’aimer ? Quel pouvoir a-t-elle sur nous ? Quel est son impact sur notre égo? Qui s’est jamais soucié du lien ‘privilégié’ qu’entretient le pratiquant avec son arme ou devrais je dire son éducateur! L’âme d’un objet ne serait elle en fin de compte qu’une question d’énergie?

J’ai remarqué depuis longtemps que mon assise silencieuse (qui précède mes cours de Tai Chi) est bien meilleure lorsque je salue mon zafu et lui demande humblement de m’aider à avoir une bonne posture. Bien entendu je ne manque jamais de le remercier après ! L’objet inanimé devient partenaire de notre progression et pas seulement dans la technique !        Il doit être traité comme tel !

Le kyudo, comme nombre de pratiques ‘martiales’, possède aussi le don de rassembler des hommes et des femmes pour un moment de partage et d’amitié. Ainsi les kyudojins de l’AHK de SUISSE, Kazutaka, Ruedi et José venus pour le grand stage à l’invitation de la Présidente. C’est peut être cela le plus important dans le kyudo. Vivre l’instant présent ici et maintenant.

La demande formulée le dimanche matin a été entendue. Nous avons passé ces trois jours rassemblés; unis par la pensée vers le kyudo; nous avons échangé nos idées et nous avons été heureux ensemble (et notamment de faire de nouvelles connaissances). Nous avons été mis sur le pied d’égalité par la pratique ; nous avons travaillé ensemble à améliorer celle-ci  et nous avons par là même progressé ; nous avons fait taire nos égos évitant ainsi le conflit (ne combattons pas) et nous sommes restés unis ; la paix et l’amour ont dominé ces journées. En tout cela nous avons respecté le plus grand que nous (le Ciel).  Kyudo et Arts Martiaux sont semblables 

Mes remerciements vont également aux photographes qui nous ont fait l’amitié de partager leurs prises de vues pour ce site et notamment Jackie MOREY et Alain SCHERER à qui nous devons la photo de groupe prise à l’issue de la coupe de FRANCE.

Jean Pierre

Une réaction au sujet de « Coupe de France de la Fédération de Kyudo et Grand Rassemblement (taikaï) »

  1. Ce doit être la première fois de ma vie d’internaute que je lis un si long article sur un site internet!
    Habituellement pour moi, Internet n’est juste qu’un « fast food » culturel et informatif.
    Serai-je impliqué dans le kyûdô, oui probablement, très certainement… sans aucun doute!

    Ce n’est pas par narcissisme, si peut-être un peu, en tout cas le texte est émouvant car j’ai été partie prenante dans cet événement. Le texte est une mémoire collective qui attise notre mémoire individuelle. De plus, Jean-Pierre sait toujours faire des digressions qui restent dans le sujet, très enrichissantes, quel artiste! Et je ne dis pas ça par flatterie. Vous le remarqueriez tous.

    Ces trois jours d’étude du kyûdô ont été une très belle expérience et je souhaite m’associer à Jean-Pierre pour remercier tous les participants qui sont venus pratiquer à Belfort et qui ont fait de ce weekend une réussite. Dans les arts martiaux, c’est parce que chacun travaille avec cœur que nous progressons ensemble. Ça vous rappelle quelque chose?

    Vous aurez certainement remarqué, puisque vous êtes perspicaces, que je parle de trois jours d’étude, alors que Jean-Pierre relate une journée de tournoi et deux de travail sous la direction des shogo. C’est que j’ai décidé pour ma part, de faire de ma pratique un moment privilégié de développement de mes connaissances. Ce que j’approfondis, c’est égoïstement pour moi. Faussement égoïstement, puisqu’en travaillant sérieusement je participe au travail sérieux du groupe. Progressons ensemble. De plus cette façon d’aborder le kyûdô, me rend serein, pas de trac pour présenter un examen ou une coupe de France.

    Un dernier mot afin de remercier Laurence ORIOU, notre présidente, de sa chaleur.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.