Inauguration du kyudojo de DIJON

Inauguration du kyudojo de DIJON

Déplacement à DIJON pour les kyudojins de l’association le weekend des 28 et 29 mars 2015 dans le cadre de l’inauguration du kyudojo nouvellement créée par le Budo Shinki Bourgogne(BSB) sous l’égide de l’Académie Indépendante de Recherche en Bujutsu (AIRBJ). Désormais la carte d’implantation de dojo de la Fédération Française de Kyudo Traditionnel compte un lieu de pratique de plus. Afin de donner une dimension plus “ japonaise ” à l’événement l’ensemble du matériel du kyudojo de BELFORT avait également fait le déplacement. Chargement le vendredi matin sous la pluie puis déplacement vers la Bourgogne avec arrêt au kyudojo de GRANDFONTAINE (25). Déchargement et mise en place en fin d’après midi et début de soirée au gymnase Jean MAZINGUE boulevard maréchal JOFFRE à DIJON.

Samedi matin dernières vérifications des tensions de l’azuchi maku et du jin maku, vérification des distances de shaï et de honza et coup de balai vigoureux mais nécessaire de Danièle, la présidente du BSB sur le shajo. Il convient ici de souligner le plaisir d’avoir sous les pieds un parquet. Heureux les pratiquants de handball ; de volley ball et de basket ball de ce gymnase déjà ancien ceci expliquant sans doute cela ! A l’exception d’une soufflerie de chauffage un peu bruyante qui obligera le Sensei à hausser le ton de sa voix le lieu ainsi transformé était très agréable.

Vers 11h30 arrivée des Sensei Erick MOISY (G) et Mireille MOISY (F). Après un passage au Centre de Rencontre Internationales, où nous sommes hébergés, direction la grande surface à oriflamme suédois qui non seulement vend du meuble mais aussi fait dans la restauration. Grosse affluence, ce samedi midi au self, de bricoleurs du dimanche qui après avoir acheté leur casse tête du weekend prennent quelques forces avant de lire la notice de montage. On trouve de tout chez IKEA même des kyudojins en quête de découverte de cuisine nordique.

De retour au “ kyudojo” nous saluons les kyudojins qui n’ont pas hésité à braver un temps pluvieux et les kilomètres pour participer à l’événement. Présents l’AKBG, le KCJ, le DBS, le KAP, CATCO, le Budokukan, l’ADB (PUBLIER), l’AIRBJ. La Fédération est représentée par le Président de la Ligue Rhône Alpes Christophe ROLEWSKI, Renshi F. Au total 28/29 participants.

A 14h30 salut de début de stage et intervention de bienvenue de Danièle LADIRÉ toujours très en verve question haïku ! Le Yawatashi d’ouverture de stage est effectué par Sensei Erick MOISY assisté des kaizoé Cédric JANNERET (dai ichi kaizoé) et Jacques CHAIGON (dai ni kaizoé).

Ensuite c’est Ité Gyosha. Le Sensei prend des notes. Nous sommes informés après la dernière flèche que ce samedi après midi sera consacré à revoir notre manière de pratiquer le kyudo. En effet à partir de la position toriyumi no shisei nous allons devoir ‘gommer’ tous les superflus qui se sont ou que nous avons installés au fil du temps dans notre pratique. Il a fait sienne cette sentence de Saint EXUPERY : “ La perfection est atteinte, non pas lorsqu’il n’y a plus rien à ajouter mais, lorsqu’il n’y a plus rien à retirer”.
Pour le moment je serai plutôt proche de la sentence d’Albert ENSTEIN qui dit : “La théorie c’est quand on sait tout et que rien ne fonctionne et la pratique c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi”. Bien entendu le Senseï ne manquera pas d’attirer mon attention sur mes mimiques d’expression qui devront disparaître. Faire des grimaces ? Un vieux singe comme moi ?

A partir des notes prises lors d’ite gyosha le Sensei énumère notre plus important défaut et nous repassons sous l’œil attentifs du Shogo Christophe ROLEWSKI et des gradés Mireille, Christine, Maurice et Cédric. Les sharei se succèdent et nous travaillons sur la correction principale. Pour ma part je profite des déplacements pour cultiver le toriyumi no shisei! Également travail pour les professeurs et les instructeurs : les défauts de la correction pendant l’action c’est-à-dire éviter d’être trop correctif en quantité.
Fin de journée et retour au Centre de Rencontres Internationales où nous sommes hébergés et où nous prenons nos repas. Relativement pratique car le bâtiment se trouve à environ 400 mètres du gymnase Jean MAZINGUE. Soirée monacale pour la plupart d’entre nous alors que certains partent à la découverte de DIJON en tram mais sous la pluie.

Dimanche matin salut et travail, puis repas rapide au CRI avant de rejoindre le kyudojo.
A 14h le public s’est déplacé malgré la pluie, les élections, et Florissimo. L’adjoint aux sports de la ville et le président du comité départemental Olympique et sportif sont présents.
Mise en place des mato sur l’azuchi, puis tirage au sort à l’ancienne. Je me trouve omaé dans le premier sharei ! Le moins que je puisse dire c’est que je ne brillerai pas par mes résultats !
La première place est à départager entre Maurice BONIFACE (KAP) et Christophe ROLEWSKI (ADB). C’est Maurice qui l’emporte. Après un nouveau duel c’est Gaspar FAZIO (AIRBJ) qui emporte la 3ème place. Annonce des résultats et remise du trophée au vainqueur. Salut de fin de stage suivi du “pot de l’amitié” auquel le public est convié.
Chargement du camion et départ sous la pluie pour GRANDFONTAINE puis BELFORT où nous déchargeons toujours sous la pluie. Nous coassons de bonheur!

Nous avons passé deux excellentes journées à l’occasion de cet événement. Il faut souligner ici l’engagement de Danièle et Alain LADIRE du BSB Bourgogne dans la réalisation de cette inauguration et également l’implication de tous les pratiquants de l’AIRBJ notamment ceux de GAKKO DENTO de BELFORT.

Mon seul regret ? Le manque d’empressement de nombre de pratiquants pour le yatori que je considère pour ma part aussi important que tout le reste. Les petites tâches seraient elles sans noblesse ? Peut-être faudra t il un jour faire un “mondo” sur ce point !
Jean Pierre

P1050553

 

Une réaction au sujet de « Inauguration du kyudojo de DIJON »

  1. Seul absent des Bras-Cassés Belfortins, ma pomme, le benjamin de l’équipe! Encore que la benjamine était aussi absente de la fête.

    Je regrette mon absence, effectivement le thème abordé par Erick Moisy est certainement un point non négligeable de notre pratique.

    Le fait qu’Erick ait mis ce point en avant, il me parait évident qu’en voulant se simplifier la vie dans la pratique, on ajoute des mouvements parasites qui enlaidissent notre kyûdô et nous éloigne de l’harmonie. Comment atteindre à l’harmonie si chacun ajoute ici et là un mouvement ou une attitude qui « l’aide » dans sa forme générale mais qu’un autre tireur n’aura pas? Evidemment! C’est évident! C’est pour cela qu’il faut qu’un sensei nous mettes le doigt dessus, car par nous-même nous n’y serions pas arrivés, tellement nous nous focalisons sur le geste juste.

    Ici, nous manquons de Zanshin.

    Mon absence me désole également car j’aurais voulu montrer à Erick mes progrès dans Hineri. Mais aux vues des vidéos que notre Eric a réalisées vendredi dernier (10/04/2015), je me dis qu’il était préférable que je déclara forfait. Je fais le mouvement, mais il est invisible sur les vidéos!? Mais ceci est une autre histoire.

    J’espère que ce weekend aura pu faire connaître le kyûdô au dijonnais, et qu’il aura contribué à renforcer les rangs du Bûdô Shinki Bourgogne.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.