Archives de
Étiquette : Gakko Dento

Tournoi enteki 2019 BELFORT

Tournoi enteki 2019 BELFORT

Cette année la météo s’est montrée très sympa. Ciel bleu et soleil avec une légère brise. Les participants de ce 6ème tournoi de tir enteki étaient des pratiquants du Grand Est. Outre les bisontins et belfortains de l’ AFCK se sont joints à nous les pratiquants de l’AKB/CATCO(BESANÇON) et ceux de KS de STRASBOURG. Mise en place suivie d’un entraînement de quelques flèches à 40 mètres. Rappel des règles de sécurité et de techniques par Jacques CHAIGNON référent enteki pour BELFORT. Repas de midi pris à l’ombre bien appréciée sans spécialités locales compte tenu du soleil ardent. Vers 13h30 salut suivi du yawatachi d’ouverture de tournoi exécuté par le vainqueur de l’an passé, Lionel OUDART, assisté de Jean Louis MARTIN (dai ichi kaizoé) et de Gaspare FAZIO (dai ni kaizoé). Belle présentation applaudie par tous les pratiquants. Tirage au sort pour les emplacements de tir. Le tournoi est lancé et très vite notre ami Bernard CATHIART(KS) se fait remarqué par la précision de ses tirs. La seconde et troisième place se détermineront lors de la dernière volée de flèches, Thomas MULLER (AFCK/GAKKO DENTO) et Gaspare FAZIO (AFCK/AIRBJ)remontant au score. Remise de la coupe à Bernard qui devra être présent l’an prochain pour exécuter le yawatachi. Remise du lot au vainqueur par le président de l’ AFCK, Jean Pierre ROBERT, et photos souvenir. Nous ne pouvons que formuler une météo identique pour l’an prochain mais aussi d’excellent tireurs comme Bernard.

Bernard entouré de Thomas et de Gaspare

Stage Kyudo kinteki les 9 et 10 mars 2019 à BELFORT

Stage Kyudo kinteki les 9 et 10 mars 2019 à BELFORT

Celles et ceux qui pratiquent régulièrement le zen savent que celui-ci est provocateur dans le sens de la découverte de soi même avec parfois une certaine  brutalité psychologique pour les plus fragiles. Suivent les questionnements et c’est pour cela qu’existe le mondo. Questions/Réponses. Parfois la question lancée n’en n’est pas forcement une. Elle peut prendre la forme d’un monologue et il faut être en éveil pour capter son propre intérêt au détour d’une phrase ou d’une action commentée.

Cela pour dire que celles et ceux qui ont participé au stage de kyudo kinteki des 09 et 10 mars au gymnase Léo LAGRANGE de BELFORT ont été pour certains, je le pense, surpris par la manière d’enseigner de Michel DUPONT Sensei Renshi 6ème dan ANKF.

Pour mémoire, Michel DUPONT Sensei était le capitaine de l’équipe de France de Kyudo présente à la première coupe du monde de kyudo en avril 2010 à TOKYO. Nul n’est prophète en son pays dit un proverbe français expérimenté cette année-là par les japonais éliminés dès le premier tour. L’équipe de France remportera cette coupe du monde. Il convient ici de citer les autres champions de cette équipe à savoir Patricia STALDER (5ème dan ANKF) et Marc BERTIN (5ème dan ANKF). Mais Michel DUPONT Sensei est aussi l’entraîneur de kyudo des écuyères de l’Académie du spectacle équestre de Versailles créée en 2003 par le célèbre chorégraphe Bartabas.

Mais revenons au zen ! Ainsi le travail des mudans (0 dan), candidats au shodan (1er dan) du mois de juillet au kyudojo de NOISIEL. Chacun leur tour, sous l’œil attentif du Sensei, ils ont dû travailler l’entrée sur le shajo, le déplacement, la manière de descendre en kiza, de se relever et de sortir du shajo. Durant ce temps les plus gradés étaient confinés à regarder avec pour certains des questionnements (tiens !) et des remarques sur le temps qui passe (Oh !) Personnellement j’ai trouvé ce ‘temps écoulé’ remarquablement instructif avec un questionnement sur mon propre état de pratique de ces bases que je connais et que je ne néglige pourtant jamais. Apprendre toujours y compris en regardant travailler les autres. Sûr que quelques uns ont dû travailler leur égo.

Comme le dit un proverbe japonais : même la pensée d’une fourmi peut atteindre le ciel ! Assis sur un banc à regarder nous met à la bonne hauteur pour une introspection !

Présent à ce stage les clubs de LORRAINE (St AVOLD et JARVILLE), d’ALSACE (STRASBOURG), BOURGOGNE (DIJON), FRANCHE COMTE (BESANÇON et BELFORT). Pas moins de 7 clubs sur les 9 recensés dans le comité territorial Nord/Est du Comité National Kyudo de la FFJDA ! Au total une trentaine de pratiquantes et pratiquants. Ainsi ce week-end avons-nous revu ténouchi (la tenue de l’arc),  torikaké (la position correcte du gant sur la corde de l’arc) daisan (ouverture 1 tiers) et ikiwaké (ouverture totale) hanaré (le décoché de la flèche).

Corrigés durant nos exercices de tir pour obtenir un résultat avec en point de mire et de référence le manuel de kyudo de l’ANKF dans sa version française nous avons pu travailler les corrections signalées par le Sensei. Reste à les mettre en place !

A l’instar d’Antoine HOUDAR de la MOTTE (1672/1731) célèbre écrivain à qui l’on doit la maxime : l’ennui naquit un jour de l’uniformité, je dirais que Michel DUPONT Sensei est atypique !

Qu’il soit remercié pour son enseignement et sa manière de le réaliser. Mes remerciements aussi à celles et à ceux qui, par leur présence, ont fait de ce week-end un succès pour le tout premier stage de l’AFCK. Enfin mes remerciements à l’association GAKKÔ DENTÔ qui nous a accueillit.

Jean Pierre

Séminaire international de Kyudo et Shinsa – PARIS 25/28 juillet 2014

Séminaire international de Kyudo et Shinsa – PARIS 25/28 juillet 2014

L’Académie Indépendante de Recherche en Bu jutsu (AIRBJ) , à laquelle adhère notre association, présentait cinq candidats à ce séminaire international de Kyudo lequel se déroulait au gymnase SARRAIL avenue BERNANOS à PARIS (15ème). En raison du nombre élevé de candidats au séminaire francophone, nous avons fait le choix de participer au séminaire B3 “allemand “, la traduction étant assurée!

Arrivée sur PARIS le jeudi afin de s’enregistrer et de recevoir notre pass. La coupe du monde Kyudo qui précédait ce séminaire et ses différente “sessions” a été marquée par la victoire de l’équipe japonaise suivie de l’équipe de France et de l’équipe d’ Allemagne. Pour ceux que cela intéresse voir le site de la Fédération Française de Kyudo Traditionnel.

Vendredi matin en tenue sur le shajo pour le salut avant d’observer avec attention le yawatashi  exécuté par Sensei Hiroshi OKAZAKI (hanshi I) directeur de la fédération internationale de kyudo. Les deux kaizoé (assistants) étaient tous deux du niveau C!

Après avoir différencié les candidats de niveau B et C des D et E nous entamons le séminaire par ité gyosha. Comment aurais je pu ne pas me faire remarquer avec mes deux flèches qui taperont dans l’azuchi maku! Les notes relevées par les Sensei nous suivent tout au long de ces trois jours.

Stations debout prolongées éprouvantes bien que le nombre de candidats ne soit pas très élevés dans la catégorie. La fatigue s’installe  mais  je retiens à présent les recommandations des Sensei. Nous abordons le tsuméaï, nobiaï, néraï .

Nous avons même droit à une séance d’habillage car le Sensei a remarqué que nos hakama ne sont pas fixés correctement. Je servirai donc de cobaye à Kiyoshi KUBOTA Sensei (hanshi I) . Fort heureusement ce jour là j’avais décidé de mettre mon pantalon d’aïkido. Les femmes auront également droit à une séance dirigée par Sensei Térumi AKIYAMA (hanshi I), enfin pas tout à fait comme la mienne. En aparté KUBOTA Sensei me confirmera qu’il y a bien une différence entre le hakama pour la pratique de l’aïkido et celle du kyudo notamment au niveau de l’entre jambe! J’apprendrai également que c’est un pratiquant de kobudo de l’école KASHIMA ryu! Très sympathique Sensei KUBOTA.

Dimanche nous passons tous un examen blanc mais avant celui ci nous auront le privilège de le présenter deux fois. à blanc corrigé par AKIYAMA Térumi Sensei et ISHIKAWA Takéo Sensei (hanshi J). Rien ne passe!

Depuis le début de semaine j’occupe la place de sanban (3ème dans le sharei). Notre omaé est un jeune allemand très sympathique et travailleur avec lequel nous présenterons de bons sharei. Merci à toi Philipp!

Lundi nous nous préparons pour l’examen. Je m’entraîne à la makiwara à faire quelques hikiwaké et hanaré . Arrive mon tour et  tous les cinq nous montons au shajo principal. Entrée sur le shajo et voilà la cœur qui s’emballe malgré que j’ai fait mien le conseil du Sensei en ce qui concerne nos peurs. La mise en place du sharei s’est bien déroulée et nous étions synchronisés (les répétitions ont du bon!) J’évacue ainsi la peur de décevoir et me centre sur ma présentation.  Tout se déroule bien hikiwaé, kai, hanaré et catastrophe la tsuru se casse. Les morceaux sont éjectés sur le yamichi ce qui m’évitera une séance de pêche à l’arc. La flèche est partie je ne sais où!

Sensei Charles Louis ORIOU vient récupérer mon arc afin d’y mettre ma corde de secours. Je reprends mon sharei et au hanaré ma flèche file et tape à nouveau l’azuchi maku. Si avec cela les Sensei ne se rappelle pas de moi c’est à désespérer!

Séminaire terminé en attendant les résultats nous nous sommes inscrits pour le samu qui consiste à démonter les installation et à les stocker en attendant leur déplacement notamment sur le kyudojo national de NOISIEL. Les résultats arrivent.

Sur les 24 candidats au niveau D 4 sont reçus dont Lionel et Marie Jeanne de l’ AIRBJ. Sur les 23 candidats au niveau E 3 sont reçus dont Jacques de l’AIRBJ instructeur à l’association.

Je suis déçu car j’aurai au moins mérité un niveau B de troueur d’azuchi maku! Le temps passe et l’homme vieillit dit un proverbe japonais. Serais je encore en forme pour présenter un examen l’an prochain en SUISSE?

Leçon n°1: le jour de l’examen met une corde neuve sur ton yumi et garde ta corde d’exercice pour…… l’exercice!

En tout cas pas de regret j’ai vu beaucoup de choses à rectifier ou à mettre en place.  Sans doute notre niveau n’est il pas très élevé, comme nous le faisait remarqué un Sensei, mais contrairement aux japonais nous n’avons pas beaucoup de lieux adéquats pour nous entraîner sans compter les Sensei qui en France et plus particulièrement dans l’ Est enseignent à 300 ou 400 kilomètres! Enfin nous sommes à égalité avec les japonais qui ont un niveau relativement faibles en football en raison de l’absence de terrain d’entraînement. Doit on pour autant renoncer à pratiquer? Au fait vous l’avez vu le maillot de l’équipe du JAPON lors de la coupe du monde? De toute beauté!

Jean Pierre