Stage Kyudo kinteki les 9 et 10 mars 2019 à BELFORT

Celles et ceux qui pratiquent régulièrement le zen savent que celui-ci est provocateur dans le sens de la découverte de soi même avec parfois une certaine  brutalité psychologique pour les plus fragiles. Suivent les questionnements et c’est pour cela qu’existe le mondo. Questions/Réponses. Parfois la question lancée n’en n’est pas forcement une. Elle peut prendre la forme d’un monologue et il faut être en éveil pour capter son propre intérêt au détour d’une phrase ou d’une action commentée.

Cela pour dire que celles et ceux qui ont participé au stage de kyudo kinteki des 09 et 10 mars au gymnase Léo LAGRANGE de BELFORT ont été pour certains, je le pense, surpris par la manière d’enseigner de Michel DUPONT Sensei Renshi 6ème dan ANKF.

Pour mémoire, Michel DUPONT Sensei était le capitaine de l’équipe de France de Kyudo présente à la première coupe du monde de kyudo en avril 2010 à TOKYO. Nul n’est prophète en son pays dit un proverbe français expérimenté cette année-là par les japonais éliminés dès le premier tour. L’équipe de France remportera cette coupe du monde. Il convient ici de citer les autres champions de cette équipe à savoir Patricia STALDER (5ème dan ANKF) et Marc BERTIN (5ème dan ANKF). Mais Michel DUPONT Sensei est aussi l’entraîneur de kyudo des écuyères de l’Académie du spectacle équestre de Versailles créée en 2003 par le célèbre chorégraphe Bartabas.

Mais revenons au zen ! Ainsi le travail des mudans (0 dan), candidats au shodan (1er dan) du mois de juillet au kyudojo de NOISIEL. Chacun leur tour, sous l’œil attentif du Sensei, ils ont dû travailler l’entrée sur le shajo, le déplacement, la manière de descendre en kiza, de se relever et de sortir du shajo. Durant ce temps les plus gradés étaient confinés à regarder avec pour certains des questionnements (tiens !) et des remarques sur le temps qui passe (Oh !) Personnellement j’ai trouvé ce ‘temps écoulé’ remarquablement instructif avec un questionnement sur mon propre état de pratique de ces bases que je connais et que je ne néglige pourtant jamais. Apprendre toujours y compris en regardant travailler les autres. Sûr que quelques uns ont dû travailler leur égo.

Comme le dit un proverbe japonais : même la pensée d’une fourmi peut atteindre le ciel ! Assis sur un banc à regarder nous met à la bonne hauteur pour une introspection !

Présent à ce stage les clubs de LORRAINE (St AVOLD et JARVILLE), d’ALSACE (STRASBOURG), BOURGOGNE (DIJON), FRANCHE COMTE (BESANÇON et BELFORT). Pas moins de 7 clubs sur les 9 recensés dans le comité territorial Nord/Est du Comité National Kyudo de la FFJDA ! Au total une trentaine de pratiquantes et pratiquants. Ainsi ce week-end avons-nous revu ténouchi (la tenue de l’arc),  torikaké (la position correcte du gant sur la corde de l’arc) daisan (ouverture 1 tiers) et ikiwaké (ouverture totale) hanaré (le décoché de la flèche).

Corrigés durant nos exercices de tir pour obtenir un résultat avec en point de mire et de référence le manuel de kyudo de l’ANKF dans sa version française nous avons pu travailler les corrections signalées par le Sensei. Reste à les mettre en place !

A l’instar d’Antoine HOUDAR de la MOTTE (1672/1731) célèbre écrivain à qui l’on doit la maxime : l’ennui naquit un jour de l’uniformité, je dirais que Michel DUPONT Sensei est atypique !

Qu’il soit remercié pour son enseignement et sa manière de le réaliser. Mes remerciements aussi à celles et à ceux qui, par leur présence, ont fait de ce week-end un succès pour le tout premier stage de l’AFCK. Enfin mes remerciements à l’association GAKKÔ DENTÔ qui nous a accueillit.

Jean Pierre

Stage de kobudo KATORI SHINTO RYU les 19 et 20 janvier 2013 à NOVILLARS

Les 19 et 20 janvier  se déroulait au dojo de NOVILLARS (Doubs) le premier stage annuel de kobudo Katori Shinto Ryu organisé par l’Académie Internationale de Recherche en Bujutsu de BESANÇON et dirigé par Lionel OUDART Sensei.

Il convient ici de souligner les conditions climatiques particulièrement défavorables pour un déplacement depuis le nord franc-comtois surtout pour ceux des pratiquants qui ont fait retour le samedi soir sur BELFORT et se sont retrouvés confronter avec le verglas du dimanche matin !

Courageux, voir téméraires, ont été nos amis belges de venir malgré l’annonce d’un retour qui aura sans doute été glacial sur la traversée de la Franche Comté et de la Lorraine! La motivation est bien présente dans ces cas là.

Ce stage aura été particulièrement axé sur un retour aux bases. Révision des kamaé to, des frappes, attitudes corporelles, séquences des kajos, hyoshi, maaï, Déroulement des kajos et rectifications tant il est vrai qu’au fil du temps la technique a tendance à se « desserrer » !

Un kajo n’est qu’une compilation de gardes (kamaé) et de frappes (uchi) mises dans un certain ordre. Il convient de veiller à ce que le fond (kamaé et uchi) demeure afin que le kajo garde tout son sens et surtout son contenu. La vitesse n’est que la cerise sur le gâteau. On peut aller très vite en édulcorant les gardes et les frappes. En réalité quelle serait le potentiel dégagé par une frappe mal armée et mal dirigée ? Le Yin et le Yang ne sont pas absents et si l’un manque l’existence de l’autre est compromise. Comment différencier le maa sans savoir ce qu’est le mai aï ?

On peut également avoir des mouvements très rapides, corrects et puissants en respectant le kihon! Nous pratiquons un art ancestral et nous ne devons pas nous laisser aller à la facilité qui nous dicte des choix surtout ceux susceptibles de flatter notre égo!

Donc le week-end c’est déroulé en révision des kajos de kenjutsu mais aussi de iaï jutsu et des différents reishiki.

Il ne nous reste plus qu’a mettre en application ces révisions en ayant constamment à l’esprit leurs présences dans notre pratique.

Merci à l’équipe du dojo de NOVILLARS pour son accueil et au Senseï pour ses précieux conseils son immense patience !

Stage de QI GONG et TAI CHI CHUAN les 17 et 18 mars 2012 à BELFORT.

Stage animé ce week-end par notre Sifu Olivier grâce auquel les pratiquants de Qi Gong ont pu, samedi après midi 17 mars, retourner un peu dans l’enfance de l’art du Qi Gong en étudiant les 5 animaux que sont le Tigre (pas de papier celui là malgré son origine martiale chinoise !), le Cerf, l’Ours, le Singe et la Grue. Pour le Singe j’ai du remporter la palme encore que dans mon dos certains et certaines faisaient bien mieux ! Mais après tout rien d’anormal puisque nous descendons paraît il de l’ordre des primates.

Aussi avons-nous eu un peu de mal a exprimé notre animalité à travers le Tigre, le Cerf, l’Ours et la Grue lesquels sont pourtant présents dans l’expression corporelle du Tai Chi Chuan. L’origine de cet art serait née, selon la légende, de la vision d’un combat opposant un serpent à une pie! Donc le style du serpent serait bien le style d’origine ! Pour ce qui est du style de la pie ! A moins que la Grue ?

Le soir, petite sortie en ville, pour un dîner au restaurant. Là nous retrouvons les instructeurs de la section de Budo Taijutsu (ninjutsu) venus avec les Senseï Didier, Roland et Sébastien (lequel à fait avec trois de ses élèves le déplacement depuis CARPENTRAS) venus animer un  stage! Excellent moment de convivialité et d’échanges bien que le repas ait été plus latin que japonais ou chinois.

Le dimanche 18 étude de la forme de 108 mouvement de tai chi dans le style du serpent. Expressions et contenu. A midi, le déjeuner est le bienvenu pour un moment de récupération. Certains profitent même du silence de la petite salle pour effectuer un petit somme. Dès 14h reprise  jusqu’à 17h. J’avoue qu’en fin de journée j’ai eu du mal à me concentrer et que la fatigue était bien présente. Dommage !  C’est généralement à ce moment précis que le relâchement corporel est le plus grand et donc le plus profitable pour l’acquisition de mouvements.

Merci à Olivier pour sa patience envers les piètres marmottes que nous étions. Peut être, à l’avenir, un 6ème animal à étudier en qi gong !

Prochain stage avec Olivier les 16 et 17 juin prochains.