L’art japonais que vous pratiquez est macabre

L’art japonais que vous pratiquez est macabre

Cet article mériterait d’attendre Obon (お盆) ou Halloween, mais afin d’éviter que ma mémoire ne me joue quelques tours, je préfère vous livrer l’étymologie de notre « voie » – .

L’idéogramme est composé des éléments et .

Si le second représente l’idée du déplacement dans un espace dédié à cette même action, le premier élément est plus troublant…

Ce kanji se lit kubi (くび) et il est utilisé dans le langage courant pour désigner le cou. Mais kubi désigne également tout ce qui se trouve au dessus de la ligne des épaules.

En Chine, puisque l’étymologie vient de là-bas, pour conjurer les fantômes dans les villes, des guerriers déambulaient dans les rues () portant à bout de bras des têtes coupés () d’étrangers.

Je ne sais pas s’il y avait une occasion particulière pour pratiquer cette joyeuseté.

Les étrangers étaient des gens venant hors de Chine, puisqu’il fallait que les visages soient laids pour effrayer les revenants.

Bien sûr il s’agit d’une pratique à proscrire de nos jours.

Mais continuez à pratiquer votre voie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.