Séminaire international de Kyudo et Shinsa – PARIS 25/28 juillet 2014

Séminaire international de Kyudo et Shinsa – PARIS 25/28 juillet 2014

L’Académie Indépendante de Recherche en Bu jutsu (AIRBJ) , à laquelle adhère notre association, présentait cinq candidats à ce séminaire international de Kyudo lequel se déroulait au gymnase SARRAIL avenue BERNANOS à PARIS (15ème). En raison du nombre élevé de candidats au séminaire francophone, nous avons fait le choix de participer au séminaire B3 « allemand « , la traduction étant assurée!

Arrivée sur PARIS le jeudi afin de s’enregistrer et de recevoir notre pass. La coupe du monde Kyudo qui précédait ce séminaire et ses différente « sessions » a été marquée par la victoire de l’équipe japonaise suivie de l’équipe de France et de l’équipe d’ Allemagne. Pour ceux que cela intéresse voir le site de la Fédération Française de Kyudo Traditionnel.

Vendredi matin en tenue sur le shajo pour le salut avant d’observer avec attention le yawatashi  exécuté par Sensei Hiroshi OKAZAKI (hanshi I) directeur de la fédération internationale de kyudo. Les deux kaizoé (assistants) étaient tous deux du niveau C!

Après avoir différencié les candidats de niveau B et C des D et E nous entamons le séminaire par ité gyosha. Comment aurais je pu ne pas me faire remarquer avec mes deux flèches qui taperont dans l’azuchi maku! Les notes relevées par les Sensei nous suivent tout au long de ces trois jours.

Stations debout prolongées éprouvantes bien que le nombre de candidats ne soit pas très élevés dans la catégorie. La fatigue s’installe  mais  je retiens à présent les recommandations des Sensei. Nous abordons le tsuméaï, nobiaï, néraï .

Nous avons même droit à une séance d’habillage car le Sensei a remarqué que nos hakama ne sont pas fixés correctement. Je servirai donc de cobaye à Kiyoshi KUBOTA Sensei (hanshi I) . Fort heureusement ce jour là j’avais décidé de mettre mon pantalon d’aïkido. Les femmes auront également droit à une séance dirigée par Sensei Térumi AKIYAMA (hanshi I), enfin pas tout à fait comme la mienne. En aparté KUBOTA Sensei me confirmera qu’il y a bien une différence entre le hakama pour la pratique de l’aïkido et celle du kyudo notamment au niveau de l’entre jambe! J’apprendrai également que c’est un pratiquant de kobudo de l’école KASHIMA ryu! Très sympathique Sensei KUBOTA.

Dimanche nous passons tous un examen blanc mais avant celui ci nous auront le privilège de le présenter deux fois. à blanc corrigé par AKIYAMA Térumi Sensei et ISHIKAWA Takéo Sensei (hanshi J). Rien ne passe!

Depuis le début de semaine j’occupe la place de sanban (3ème dans le sharei). Notre omaé est un jeune allemand très sympathique et travailleur avec lequel nous présenterons de bons sharei. Merci à toi Philipp!

Lundi nous nous préparons pour l’examen. Je m’entraîne à la makiwara à faire quelques hikiwaké et hanaré . Arrive mon tour et  tous les cinq nous montons au shajo principal. Entrée sur le shajo et voilà la cœur qui s’emballe malgré que j’ai fait mien le conseil du Sensei en ce qui concerne nos peurs. La mise en place du sharei s’est bien déroulée et nous étions synchronisés (les répétitions ont du bon!) J’évacue ainsi la peur de décevoir et me centre sur ma présentation.  Tout se déroule bien hikiwaé, kai, hanaré et catastrophe la tsuru se casse. Les morceaux sont éjectés sur le yamichi ce qui m’évitera une séance de pêche à l’arc. La flèche est partie je ne sais où!

Sensei Charles Louis ORIOU vient récupérer mon arc afin d’y mettre ma corde de secours. Je reprends mon sharei et au hanaré ma flèche file et tape à nouveau l’azuchi maku. Si avec cela les Sensei ne se rappelle pas de moi c’est à désespérer!

Séminaire terminé en attendant les résultats nous nous sommes inscrits pour le samu qui consiste à démonter les installation et à les stocker en attendant leur déplacement notamment sur le kyudojo national de NOISIEL. Les résultats arrivent.

Sur les 24 candidats au niveau D 4 sont reçus dont Lionel et Marie Jeanne de l’ AIRBJ. Sur les 23 candidats au niveau E 3 sont reçus dont Jacques de l’AIRBJ instructeur à l’association.

Je suis déçu car j’aurai au moins mérité un niveau B de troueur d’azuchi maku! Le temps passe et l’homme vieillit dit un proverbe japonais. Serais je encore en forme pour présenter un examen l’an prochain en SUISSE?

Leçon n°1: le jour de l’examen met une corde neuve sur ton yumi et garde ta corde d’exercice pour…… l’exercice!

En tout cas pas de regret j’ai vu beaucoup de choses à rectifier ou à mettre en place.  Sans doute notre niveau n’est il pas très élevé, comme nous le faisait remarqué un Sensei, mais contrairement aux japonais nous n’avons pas beaucoup de lieux adéquats pour nous entraîner sans compter les Sensei qui en France et plus particulièrement dans l’ Est enseignent à 300 ou 400 kilomètres! Enfin nous sommes à égalité avec les japonais qui ont un niveau relativement faibles en football en raison de l’absence de terrain d’entraînement. Doit on pour autant renoncer à pratiquer? Au fait vous l’avez vu le maillot de l’équipe du JAPON lors de la coupe du monde? De toute beauté!

Jean Pierre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.